Le jury du 1er Festival Cinémas d’Europe sans Frontières, présidé par
Krzysztof Zanussi, réalisateur,
Et dont les membres sont, dans l’ordre alphabétique :
Gabriella Battaini, ancienne Secrétaire Générale Adjointe du Conseil de l’Europe
Can Dündar, journaliste et documentariste
Etienne Poiarez, doctorant et professeur à l’Université de Strasbourg
Andreas Schreitmüller, ancien responsable du département cinéma et fiction à ARTE
Irena Strzalkowska, productrice
 
annonce le palmarès suivant :
 
« Pour le Prix Spécial du Jury, nous voudrions célébrer un film qui est capable d’amuser le spectateur sans oublier de l’inviter à prendre conscience d’une vieille réalité, d’une déchirure même, qui frappe le quotidien de milliers d’individus en Europe. Par son humour, ce film pose finalement un regard optimiste sur cette situation, pour y voir une cohabitation, et même l’espoir d’une coexistence, à un moment de notre histoire où les clivages ne cessent de s’intensifier.
Ce film, c’est Where is Jimi Hendrix ? de Marios Piperides.
……………………………
Notre choix pour le Prix Européen des Droits de l’Homme s’est porté sur une œuvre pleine de compassion, qui abrite une véritable compréhension de la maternité, et offre sans stéréotype ni lieux communs, une vision rare de la femme. Alors qu’il construit pourtant son récit dans le lieu par excellence du contrôle et de la déshumanisation, ce film a l’intelligence de focaliser notre attention sur l’enfant et sur les soins que lui apportent sa mère, pour saisir toute la puissance de cet attachement important à la vie.
Nous ne ferons pas durer le suspense plus longtemps, le Prix Européen des Droits de l’Homme est attribué à 107 Mothers de Péter Kerekes.
……………………………
Enfin, avant de conclure, le jury souhaite remercier l’ensemble des artistes qui ont participé à ce festival. Ils nous rappellent l’importance de faire naître d’autres images, d’autres regards sur le monde, au moment où le sens des choses et la croyance en l’avenir nous font défauts, pris dans un présent opaque, sur lequel nous n’avons pas prise. Tous ces films, chacun à leur manière, nous invitent à reconsidérer le cinéma comme un art par définition empathique, capable de nous faire éprouver les sentiments et les émotions d’autrui, pour nous rapprocher.
……………………………
Maintenant, nous avons voulu mettre à l’honneur pour cette dernière récompense une œuvre préoccupée par la fragilité des valeurs les plus humanistes, une œuvre qui nous rappelle l’impérieuse nécessité d’en préserver les fondements.
À travers des images inquiètes pour la justice et l’Etat de droit en Europe, ce film nous incite à maintenir l’équilibre moral de nos sociétés, à ne rien céder à la violence.
En définitive, il s’agit d’une œuvre et d’un auteur qui nous rappellent tout l’intérêt de faire du cinéma, même en temps de crise, car c’est là un moyen précieux pour enregistrer les mémoires de nos traumas, pour se souvenir collectivement et surtout ne plus faire les mêmes erreurs. Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore, nous décernons le Prix Cinémas d’Europe sans Frontières à 25 ans d’innocence de Jan Holoubek ! »
 
Odyssée, 4 avril 2022, 20h.

____________________________________________________________________________________________

Le JURY CINEMA DE L’UNIVERSITE DE STRASBOURG décerne :

 

Le Prix « Cinéma de l’Université de Strasbourg » au film :

 Evolution de Kornel Mundruczo

La Mention Spéciale au film :

107 Mothers de Peter Kerekes

____________________________________________________________________________________________

LE JURY DES CITES décerne :

 

Le « Prix européen des Cités » au film :

25 ans d’innocence de Jan Holoubek

Le « Prix spécial des Cités » au film :

Neige rouge d’Atalay Tasdiken

Leave a comment

Cinéma l’Odyssée © 2022. Tous droits réservés – Mentions légales & Politique de confidentialité