PROGRAMMATION SCOLAIRE : Chères enseignantes, chers enseignants, Vous trouverez ci-dessous la liste des films que vous pourrez voir avec vos classes à L’Odyssée à partir du 19 mai 2021.

MATERNELLE ET CINEMA :

  • Katia et le crocodile, un film de V. Smikova, 1966, 1h12, Tchécoslovaquie : Un écolier confie a Katia les animaux de sa classe qu’il doit garder pendant les vacances: deux lapins angoras, un petit singe macaque, un étourneau qui parle, des souris blanches, une tortue et un bébé crocodile. Mais celui-ci s’échappe et l’oiseau s’envole. Bientôt, tous les animaux se dispersent dans la ville. Le quartier entier se lance alors a la recherche des fugitifs dans une delirante poursuite.

ECOLE ET CINEMA :

  • Jason et les Argonautes de Don Chaffey, 1963, 1h44, Royaume-Uni, Etats-Unis : Pour retrouver son trône de Thessalie, Jason doit conquérir la Toison d’or. Il embarque à bord de l’Argo avec les Argonautes, hardis guerriers et marins, afin d’atteindre le royaume de Colchide, là où se trouve la dépouille du bélier magique…
  • La petite vendeuse de soleil de Djibril Mambety Diop, 1998, 43mn, Sénégal, France, Suisse : Depuis longtemps, la vente de journaux à la criée dans les rues de Dakar est l’apanage des garçons. Sili, douze-treize ans, une jambe ballante appareillée, quitte chaque jour sa cité Tomates pour la ville, y mendier et nourrir ainsi sa famille. Un matin, elle se fait bousculer par un jeune vendeur. Elle décide alors de cesser de mendier pour vendre, elle aussi, des journaux, car « ce qu’un garçon peut faire, une fille peut le faire aussi ».
  • Wadjda, de Haifaa Al Mansour, 2012, 1h37, Arabie saoudite : Wadjda, douze ans, habite dans une banlieue de Riyad, capitale de l’Arabie Saoudite. Bien qu’elle grandisse dans un milieu conservateur, c’est une fille pleine de vie qui porte jeans et baskets, écoute du rock et ne rêve que d’une chose : s’acheter le beau vélo vert qui lui permettra de faire la course avec son ami Abdallah. Mais au royaume wahhabite, les bicyclettes sont réservées aux hommes car elles constituent une menace pour la vertu des jeunes filles.
    Wadjda se voit donc refuser par sa mère la somme nécessaire à cet achat. Déterminée à trouver l’argent par ses propres moyens, Wadjda décide alors de participer au concours de récitation coranique organisé par son école, avec pour la gagnante, la somme tant désirée.

COLLÉGIENS AU CINÉMA / LYCÉENS ET APPRENTIS AU CINÉMA

  • Les temps modernes, Charlie Chaplin, 1936, 1h27, Etats-Unis : Charlot est ouvrier dans une immense usine. Il resserre quotidiennement des boulons. Mais les machines, le travail à la chaîne le rendent malade, il abandonne son poste et recueille une orpheline…
  • Tel père tel fils, Hirokazu Kore-Eda, 2013, Japon : Ryoata, un architecte obsédé par la réussite professionnelle, forme avec sa jeune épouse et leur fils de 6 ans une famille idéale. Tous ses repères volent en éclats quand la maternité de l’hôpital où est né leur enfant leur apprend que deux nourrissons ont été échangés à la naissance : le garçon qu’il a élevé n’est pas le sien et leur fils biologique a grandi dans un milieu plus modeste…
  • Bienvenue à Gattaca, d’Andrew Niccol, 1998, 1h46, Etats-Unis : Dans un monde parfait, Gattaca est un centre d’études et de recherches spatiales pour des jeunes gens au patrimoine génétique impeccable. Jérôme, candidat idéal, voit sa vie détruite par un accident tandis que Vincent, enfant naturel, rêve de partir pour l’espace. Chacun des deux va permettre à l’autre d’obtenir ce qu’il souhaite en déjouant les lois de Gattaca.

AUTRES FILMS :

  • Océans, de Jacques Perrin, 2010, 1h44, France : Filer à 10 nœuds au cœur d’un banc de thons en chasse, accompagner les dauphins dans leurs folles cavalcades, nager avec le grand requin blanc épaule contre nageoire… Le film Océans c’est être poisson parmi les poissons.
    Après Himalaya et Le Peuple migrateur, Jacques Perrin nous entraîne, avec des moyens de tournage inédits, des banquises polaires aux tropiques, au cœur des océans et de ses tempêtes pour nous faire redécouvrir les créatures marines connues, méconnues, ignorées.
    Océans s’interroge sur l’empreinte que l’homme impose à la vie sauvage et répond par l’image et l’émotion à la question :  » L’Océan ? C’est quoi l’Océan ? « 
  • Sorry we missed you, de Ken Loach, 2019, 1h41, Royaume-Uni : Ricky, Abby et leurs deux enfants vivent à Newcastle. Leur famille est soudée et les parents travaillent dur. Alors qu’Abby travaille avec dévouement pour des personnes âgées à domicile, Ricky enchaîne les jobs mal payés ; ils réalisent que jamais ils ne pourront devenir indépendants ni propriétaires de leur maison. C’est maintenant ou jamais ! Une réelle opportunité semble leur être offerte par la révolution numérique : Abby vend alors sa voiture pour que Ricky puisse acheter une camionnette afin de devenir chauffeur-livreur à son compte. Mais les dérives de ce nouveau monde moderne auront des répercussions majeures sur toute la famille…
  • Tout sur ma mère, de Pedro Almodovar, 1998, 1h41, Espagne : Manuela, infirmière, vit seule avec son fils Esteban, passionné de littérature. Pour l’anniversaire de Manuela, Esteban l’invite au théâtre où ils vont voir Un tramway nommé désir. A la sortie, Manuela raconte à son fils qu’elle a interprêté cette pièce face à son père dans le rôle de Kowalsky. C’est la premiere fois qu’Esteban, bouleversé, entend parler de son père. C’est alors qu’il est renversé par une voiture. Folle de douleur, Manuela part à la recherche de l’homme qu’elle a aimé, le père de son fils.
  • Le vent de la liberté, de Michael Bully Herbig, 2019, 2h06, Allemagne : 1979. En pleine guerre froide, deux familles ordinaires d’Allemagne de l’Est rêvent de passer à l’Ouest. Leur plan : construire une montgolfière et survoler la frontière. Une histoire incroyable. Une histoire vraie.
  • Paddington, de Paul King, 2014, 1h35, Royaume-Uni, France : Paddington raconte l’histoire d’un jeune ours péruvien fraîchement débarqué à Londres, à la recherche d’un foyer et d’une vie meilleure. Il réalise vite que la ville de ses rêves n’est pas aussi accueillante qu’il croyait. Par chance, il rencontre la famille Brown et en devient peu à peu un membre à part entière.
  • L’appel de la forêt, de Chris Sanders, 2019, 1h40, Etats-Unis : La paisible vie domestique de Buck, un chien au grand cœur, bascule lorsqu’il est brusquement arraché à sa maison en Californie et se retrouve enrôlé comme chien de traîneau dans les étendues sauvages du Yukon canadien pendant la ruée vers l’or des années 1890. Buck va devoir s’adapter et lutter pour survivre, jusqu’à finalement trouver sa véritable place dans le monde en devenant son propre maître…

CINOCHE DES GOSSES :

  • Le Petit Prince, de Mark Osborne, 2015, 1h47, Etats-Unis : C’est l’histoire d’une histoire.
    C’est l’histoire d’une petite fille, intrépide et curieuse, qui vit dans un monde d’adultes.
    C’est l’histoire d’un aviateur, excentrique et facétieux, qui n’a jamais vraiment grandi.
    C’est l’histoire du Petit Prince qui va les réunir dans une aventure extraordinaire.
  • Les Aventures de Bernard et Bianca, d’Art Stevens, 1977, 1h16, Etats-Unis : Dans les sous-sols des Nations-Unis à New York un groupe de souris tient conseil. Il s’agit du comité de soutien aux personnes en difficulté. Bianca, déléguée coquette, choisit Bernard tendre souriceau timide et courageux pour voler au secours d’une petite orpheline séquestrée, Penny.
     

Leave a comment

Cinéma l’Odyssée © 2021. Tous droits réservés – Mentions légales & Politique de confidentialité