Nous avons déjà évoqué la stupéfaction provoquée par la visite faite par l’actuel Président de la Cour Européenne des Droits de l’Homme au pouvoir en place d’Erdogan en Turquie. Voyage désastreux s’il en est qui a des allures d’un véritable naufrage pour ceux qui sont censés défendre et appliquer les droits humains.
 Ce désastreux naufrage prends une dimension encore plus grande avec la publication du rapport de l’ONU sur les exactions commises par le régime turc et ses supplétifs islamistes dans le nord de la Syrie, exactions principalement commises contre les populations turques dans les régions d’Afrin et de Raïs al-Aïn.
 Pour le reste, en Turquie même, le pouvoir absolu de l’arbitraire du régime continue de s’exercer impitoyablement. Osman Kavala et Selahattim Demirtas sont toujours en prison en l’absence de toutes charges sérieuses ainsi que de nombreux avocats, journalistes, artistes et opposants.
Dernier exemple de ces violations permanentes et quotidiennes de l’état de droit: l’acharnement contre Can Dündar, journaliste,cinéaste, documentaliste, désormais obligé de vivre en exil à Berlin. Son crime ? Il a diffusé les vidéos d’une livraison d’armes par le pouvoir Erdogan aux djihadistes de Syrie en violation totale de la législation en vigueur en Turquie. Il a été condamné pour espionnage à la perpétuité redoublée (sic!) . Avant même que cette injuste condamnation ne soit formellement confirmée un tribunal l’a convoqué à se présenter dans les 14 jours à son audience, faute de quoi tous ses bien mobiliers et immobiliers seront confisqués. Cela revient à une mort économique et sociale.
Jusqu’à quand les gouvernements européens et les institutions européennes, censées ensemble défendre les Droits de l’Homme, vont-ils laisser le pouvoir Erdogan abuser d’une patience qui risque très vite de se transformer en silence complaisant servant de caution à un régime liberticide ?
 
Pour notre part, disons que Can Dündar, qui est souvent venu présenter ses films, reviendra. In point c’est tout !
 
 
Strasbourg, le 17 septembre 2020
Faruk Gunaltay

Leave a comment

Cinéma l’Odyssée © 2020. Tous droits réservés – Mentions légales & Politique de confidentialité