Emotion, Suspense, Aventure, le cinéma autrement


  • Palestinea people's record

    de Kais Al-Zubaidi

    - - 1h47 -

    Synopsis :
    Un document unique en son genre sur la cause palestinienne, qui couvre la période du début du XXe siècle à la moitié des années 70. Les documents visuels rares sur lesquels il s’appuie se font écho dans un scénario très maîtrisé qui propose une lecture historique et un commentaire préparé, écrit et lu par une élite d’intellectuels palestiniens du XXe siècle, dont l’historien Emile Thomas, le poète Khaled Abu Khaled et bien d’autres. On note également l’utilisation d’archives internationales rares, ce qui conduit à un film unique en son genre, considéré comme une réalisation exceptionnelle, et absolument essentiel pour qui veut comprendre la nature de la cause palestinienne, ses développements et ses transformations.

    Horaires :
    Sam 06/04 : 14h + débat

  • SECTION SPECIALE

    de Costa-Gavras
    avec Michael Lonsdale Louis Seigner
    Français - 1975 - 1H50 -

    Synopsis :
    En juin 1941, Hitler attaquant l'URSS, les communistes entrent dans la phase de la résistance armée.

    Le 21 août 1941, un jeune militant communiste — ultérieurement connu sous le nom de colonel Fabien — abat dans le métro parisien un militaire allemand, l'aspirant de marine Alfons Moser2. Cet épisode est connu sous le nom d'« attentat du métro Barbès »3.

    Redoutant les représailles allemandes dans la population parisienne, le gouvernement de Vichy décide de prendre les devants. Avec l'aval de l'amiral Darlan (vice-président du Conseil), Pierre Pucheu, ministre de l'Intérieur, propose au Conseil des ministres présidé par le maréchal Pétain, d'adopter une loi4 d'exception pour juger, dans le but d'obtenir une condamnation à mort, six Français en échange de la vie de l'aspirant Moser, et ainsi satisfaire la marine de guerre allemande. Ces six accusés seront évidemment choisis parmi les ennemis ou les indésirables du régime de Vichy : communistes et Juifs.

    Autour de la table, outre Philippe Pétain, Darlan et Pucheu, Joseph Barthélemy, ministre de la Justice, le général Huntziger, secrétaire d'État à la Guerre, le général Bergeret, secrétaire de l'Air, Yves Bouthillier, ministre de l'Économie, etc.

    Pétain laisse faire Pucheu, mais Barthélemy — professeur de droit — se cabre, puis finit par se soumettre aux injonctions du maréchal ; les autres ministres suivent.

    Cette loi d'exception doit être rétroactive (puisque les condamnations doivent être prononcées et exécutées dans les plus brefs délais), si bien que les ministres, peu habitués à ce type d'exercice, la signent en laissant un article entier en blanc, lequel article sera plus tard rédigé à Paris par le procureur de l'État Maurice Gabolde avant sa publication au Journal officiel. Outre son caractère rétroactif, cette loi a ceci de particulier que les condamnations ne doivent pas être motivées, et qu'aucun recours n'est possible ; elle attribue compétence à des « sections spéciales » de la cour d'appel (d'où le titre du film).

    Après la mascarade législative (la loi est même antidatée pour donner l'impression qu'elle a été adoptée avant l'attentat) et la parodie de justice (un des prévenus a déjà été jugé), s'engage alors une double course contre la montre : du côté des autorités françaises pour faire guillotiner les six prévenus, et du côté de la défense pour les sauver, notamment via un recours en grâce introduit auprès du chef de l'État, le maréchal Pétain, celui-là même qui a signé la loi.

    Le film montre également comment les scrupules moraux du garde des Sceaux, Joseph Barthélemy, puis des magistrats, sont progressivement étouffés par la menace, brandie par la propagande française, de représailles allemandes aveugles parmi des dizaines de « notables », particulièrement « des magistrats » alors qu'en fait, les Allemands ne menaçaient de fusiller que « six Français, coupables d'actes terroristes ».

    Le film débute par la diffusion du discours de Pétain5 dit « du vent mauvais » en plein casino de Vichy, lors d'une représentation de l'opéra Boris Godounov.

    Horaires :
    Mar 07/05 : 20h15 + debat

ARCHIVES

Consultez la bibliothèque
cinématographique de l'Odyssée

Plus de80 000

références

L'Odyssée
en quelques mots

  • L'Odyssée à Strasbourg, c'est :
  • Le cinéma de la diversité
    culturelle
  • Le carrefour des cinémas
    d'Europe
  • La Maison des cinémas
    du monde
  • L'aventure de la découverte
    et de la mémoire du 7e art
  • Le partenariat avec de
    nombreuses associations
    pour de multiples débats
    citoyens
  • L'Odyssée une certaine
    passion du cinéma,
  • La passion du cinéma
    autrement !

Réseaux sociaux

Ajoutez-nous à votre liste d'amis !
Dernière mise à jour : 14.05.2013 | Prochaine mise à jour : 04.06.2013 | Contact : Odyssée
Développement technique : Sprauel David & Briffaux Pierre | Webdesign & intégration : Vauthelin Larissa