Emotion, Suspense, Aventure, le cinéma autrement

Les autres films

Consulter le PDF

AGENDA


  • Mademoiselle de Joncquières

    de Emmanuel Mouret
    avec Cécile de France, Édouard Baer, Alice Isaaz
    France - 2017 - 1h49 - VO

    Synopsis :
    Madame de La Pommeraye, jeune veuve retirée du monde, cède à la cour du marquis des Arcis, libertin notoire. Après quelques années d’un bonheur sans faille, elle découvre que le marquis s’est lassé de leur union. Follement amoureuse et terriblement blessée, elle décide de se venger de lui avec la complicité de Mademoiselle de Joncquières et de sa mère...

    Horaires :
    Jeu 17/01 : 12h15 ; Lun 21/01 : 12h15 ; Mar 22/01 : 18h30 + débat ; Mar 29/01 : 18h

  • Croc-Blanc

    de Alexandre Espigares
    avec Nick Offerman, Rashida Jones, Paul Giamatti
    France, Luxembourg, Etats-Unis - 2018 - 1h27 - VF

    Synopsis :
    Croc-Blanc est un fier et courageux chien-loup. Après avoir grandi dans les espaces enneigés et hostiles du Grand Nord, il est recueilli par Castor Gris et sa tribu indienne. Mais la méchanceté des hommes oblige Castor-Gris à céder l’animal à un homme cruel et malveillant. Sauvé par un couple juste et bon, Croc-Blanc apprendra à maîtriser son instinct sauvage et devenir leur ami.

    Horaires :
    Lun 21/01 à 14h10

  • Seul sur mars

    de Ridely Scott
    avec Matt Damon, Jessica Chastain, Kristen Wiig
    Etats-Unis - 2015 - 2h24 -

    Synopsis :
    Lors d’une expédition sur Mars, l’astronaute Mark Watney (Matt Damon) est laissé pour mort par ses coéquipiers, une tempête les ayant obligés à décoller en urgence. Mais Mark a survécu et il est désormais seul, sans moyen de repartir, sur une planète hostile. Il va devoir faire appel à son intelligence et son ingéniosité pour tenter de survivre et trouver un moyen de contacter la Terre. A 225 millions de kilomètres, la NASA et des scientifiques du monde entier travaillent sans relâche pour le sauver, pendant que ses coéquipiers tentent d’organiser une mission pour le récupérer au péril de leurs vies.

  • Capharnaüm

    de Nadine Labaki
    avec Zain Alrafeea, Cedra Izam, Nadine Labaki
    France - 2018 - 2h06 -

    Synopsis :
    À l'intérieur d'un tribunal, Zain, un garçon de 12 ans, est présenté devant le juge. À la question : " Pourquoi attaquez-vous vos parents en justice ? ", Zain lui répond : " Pour m'avoir donné la vie ! ". Capharnaüm retrace l'incroyable parcours de cet enfant en quête d'identité et qui se rebelle contre la vie qu'on cherche à lui imposer.

  • BlacKkKlansman

    de Spike Lee
    avec John David Washington, Adam Driver, Topher Grace
    USA - 2018 - 2h16 -

    Synopsis :
    Au début des années 70, au plus fort de la lutte pour les droits civiques, plusieurs émeutes raciales éclatent dans les grandes villes des États-Unis. Ron Stallworth devient le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department, mais son arrivée est accueillie avec scepticisme, voire avec une franche hostilité, par les agents les moins gradés du commissariat. Prenant son courage à deux mains, Stallworth va tenter de faire bouger les lignes et, peut-être, de laisser une trace dans l'histoire. Il se fixe alors une mission des plus périlleuses : infiltrer le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions.

    En se faisant passer pour un extrémiste, Stallworth contacte le groupuscule : il ne tarde pas à se voir convier d'en intégrer la garde rapprochée. Il entretient même un rapport privilégié avec le "Grand Wizard" du Klan, David Duke, enchanté par l'engagement de Ron en faveur d'une Amérique blanche. Tandis que l'enquête progresse et devient de plus en plus complexe, Flip Zimmerman, collègue de Stallworth, se fait passer pour Ron lors des rendez-vous avec les membres du groupe suprémaciste et apprend ainsi qu'une opération meurtrière se prépare. Ensemble, Stallworth et Zimmerman font équipe pour neutraliser le Klan dont le véritable objectif est d'aseptiser son discours ultra-violent pour séduire ainsi le plus grand nombre.

Turquie : liberté pour les journalistes


  • Lettre de Roland RIES, Maire de la Ville de Strasbourg

    de
    avec
    - - -

    Synopsis :
    Voici le message qui nous a été adressé par Monsieur Roland Ries, Maire de la Ville de Strasbourg, à l’occasion de la soirée du 30 mai : Turquie, liberté pour les journalistes.



    Cher(e)s ami(e)s,

    Je suis désolé de ne pouvoir être parmi vous ce soir pour partager cette soirée d’amitié et de solidarité avec les journalistes emprisonnés en Turquie.
    Avouons-le : c’est avec un bleu à l’âme je vous écris.
    Quand on est maire de Strasbourg, capitale des droits de l’homme mais aussi ville de l’écrit - c’est-à-dire une cité qui s’est toujours battue pour que les forces de l’esprit soient délivrées de toute forme de carcan - comment ne pas éprouver la frustration d’un rendez-vous manqué avec la Turquie ?
    Pendant de longues années, ici plus que partout ailleurs, nous avons vécu dans l’espoir d’arrimer définitivement à l’Europe compliquée ce grand pays ottoman qui avait su, avec Attatürk, inventer une Turquie moderne. A ce grand pays qui possède un fragment de l’histoire de notre continent, nous avons espéré pouvoir proposer une place plus large que le siège qu’il occupe au Conseil de l’Europe.
    A Strasbourg, nous avons toujours été au premier rang pour préparer l’intégration de son peuple à notre communauté européenne. Par frilosité excessive, l’Europe n’a pas toujours été à la hauteur de la demande d’association formulée par le gouvernement turc dès 1961 puis de la demande d’adhésion déposée en 1987.
    Payons-nous aujourd’hui l’interminable refus de cette main tendue?
    L’acceptation des membres de l’Union, sans cesse remise aux calendes grecques, passait, à juste titre, par l’évolution du modèle politique turc, trop éloigné des principes, des valeurs et des pratiques qui traversent l’esprit, toujours bien vivant, du traité de Rome.
    Nous attendions, nous espérions des progrès et nous voilà spectateurs d’une régression qui nous désole, et qui accrédite toutes les caricatures sur un grand pays dont la jeunesse attendait, et attend toujours, beaucoup de l’Europe. Beaucoup de nous.
    Est-il aujourd’hui trop tard ?
    Nous voilà obligés de déplorer la multiplication par quatre, depuis 2015, du nombre de journalistes privés de liberté pour avoir osé contester le pouvoir en place. Ils seraient désormais plus de 230… Sinistre comptage qui fait de la Turquie la championne du monde de la spécialité, avant la Chine…
    Nous voilà obligés d’assister, impuissants, au verrouillage implacable du contenu des journaux, à l’étouffement, brutal ou au lacet, des voix critiques, à la reprise en main musclée des chaines de télévision.
    Nous voilà même obligés de dénoncer ce qui semblait impossible au XXIème siècle : le blocage, le 29 avril dernier, de tous les accès internet à Wikipedia en Turquie.
    Voilà que le pays auquel l’Union ambitionnait d’ouvrir ses portes se claquemure dans un déni démocratique, son régime choisissant l’obscurantisme derrière les épais rideaux de la censure et de la peur.
    Toutes les panoplies maintes fois utilisées dans les dictatures pour travestir le réel, tous les prétextes prétendument légaux - dont le si commode soupçon de « complicité avec le terrorisme » – sont déployés sous nos yeux, avec une facilité déconcertante depuis le putsch raté de juillet 2016.
    Pour l’Européen convaincu que je suis, c’est un mauvais rêve. Et pour tout dire, une souffrance. Elle est aiguisée par l’indifférence que manifeste l’opinion pour une cause qui lui semble étrangère, mais qui devrait aussi être la sienne.
    Car ce qu’endurent les journalistes turcs est un avertissement pour nous tous.
    Le glissement inexorable vers la suppression de toute liberté d’expression et la résistance à ce processus d’aliénation progressive sont doublement exemplaires. Ils devraient nous toucher d’autant plus qu’ils concernent un photographe français, Mathias Depardon, maintenu en détention depuis le 8 mai au seul motif qu’il effectuait un reportage pour National Geographic !
    Nous ne pouvons voir dans son arrestation qu’une forme de provocation qui doit déclencher, en retour, une révolte contre l’inacceptable.
    La liberté de la presse est indivisible. Et quand, en France, des voix d’enfants gâtés de la démocratie s’élèvent pour la critiquer, elles ne mesurent pas à quel point elle doit être traitée avec respect, comme une essence de nos communautés humaines.
    La liberté de presse est universelle. Et c’est bien pourquoi Strasbourg, capitale inlassable des droits de l’Homme, se mobilise pour elle à tous les échelons.
    La liberté de la presse est une respiration qui doit apporter au monde un souffle permanent d’émancipation. Elle est vitale pour chacun d’entre nous et pour tous les citoyens du monde, y compris pour ceux qui n’ont jamais eu la chance d’en profiter. Comme la parole, comme l’écriture, elle est un des éléments imprescriptibles de notre humanité.
    Alors, la situation turque nous rend tristes, oui. Elle nous effare, même. Mais pouvons-nous résigner ? Pouvons-nous nous contenter des vagues assurances du président Erdogan ? En être réduits à mendier sa mansuétude ? Il n’en est évidemment pas question.
    Nos amis de Reporters sans frontières, et ce soir, du Monde - à qui nous souhaitons la bienvenue - nous invitent à nous mobiliser, comme nous l’avons toujours fait, pour Can Dündar et Erdem Gül notamment.
    Ils pourront toujours compter sur Strasbourg, sur les Strasbourgeois, qui ont dédié une place à liberté de penser en face de la médiathèque Malraux.
    Et sur moi, évidemment, pour dire avec vous tous, et avec tous les Européens : düşünceler özgürdür! (les pensées sont libres).
    Roland Ries
    30 mai 2017



  • Lettre de M. Roland Ries, 2 mai 2017

    de
    avec
    - - -

    Synopsis :
    Voici le texte qui nous a été envoyé par Roland Ries, Maire de la Ville de Strasbourg, pour la projection débat organisé le mardi 2 mai dans le cadre des "Rendez-vous de l'Odyssée: humanisme citoyen contre haine populiste".

    Humanisme citoyen contre haine populiste
    L’Odyssée, 2 mai 2017

    Cher(e)s ami(e)s,

    Je ne peux malheureusement pas être parmi vous ce soir et je le regrette d’autant plus que le thème de cette soirée me tient particulièrement à cœur.
    A quelques jours de l’épilogue de cette présidentielle de toutes les surprises – il y en eut de mauvaises ! - je suis, je vous l’avoue, étreint par un double sentiment de tristesse et d’inquiétude.
    Nous n’avons pas réussi à empêcher notre pays de qualifier une candidate d’extrême-droite pour le second tour de ce rendez-vous démocratique décisif.
    La présence de Marine Le Pen sur le ring de l’ultime duel qui tous les cinq ans rythme notre vie politique était annoncée depuis des mois. Hélas, elle a été légitimée par les urnes le dimanche 23 avril dernier. Mais je ne peux m’habituer à l’idée que l’héritière, et la porte-parole assumée, d’un mouvement ouvertement xénophobe, anti-européen et délibérément stigmatisant à l’égard des migrants, soit aujourd’hui finaliste d’une compétition électorale qui devrait mettre en jeu deux visions de l’avenir de la France, deux définitions de ce qu’elle est, deux rêves de ce qu’elle pourrait devenir.

    Ce moment devrait être celui d’une interrogation sereine et dynamique. D’un appétit de progrès. De l’excitation particulière qui précède l’aube de demain…
    Et voilà qu’il se transforme en une séquence crépusculaire de résistance.
    En un combat pied à pied pour sauvegarder les valeurs qui fondent notre république.
    En une bataille pour défendre des convictions que nous pensions, sinon définitivement acquises, du moins solidement ancrées dans notre conscience collective par 70 ans de paix. Une longévité sans équivalent dans notre histoire.
    Mais l’Histoire nous rappelle aujourd’hui qu’elle n’a pas de « sens ».
    Pas de sens pré-écrit.
    Pas de sens dans un mouvement du temps qui serait forcément positif...
    Qu’elle n’est jamais que ce que nous, citoyens du monde, décidons collectivement d’en faire.
    Que le devenir de cette belle petite planète bleue est entre nos seules mains.
    Que la liberté chèrement conquise et chèrement défendue n’est pas un cadeau définitif dont il suffirait de jouir, mais un bien vivant dont il faut réinventer sans cesse les pulsations avec cœur et imagination.

    Alors oui, le fait - car c’est un fait qui semblait inimaginable - qu’une candidate de l’extrême droite puisse aujourd’hui être créditée de 40 \\% environ dans les sondages fissure l’espérance qui a guidé toute ma vie politique.
    Le fait que les torrents de haine déversés sur les réseaux sociaux par ses partisans soient devenus monnaie courante, m’effare.

    L’homme de gauche que je suis, le Socialiste que je reste, assiste douloureusement à la confiscation de la prétendue « volonté du peuple » pour véhiculer et banaliser des mots d’ordre de repli sur nous-mêmes, de méfiance à l’égard de l’étranger, de rejet des réfugiés. Je peine à admettre que cette conception de l’humanité délibérément inégalitaire, et parfois même carrément raciste, soit avalisée par un pourcentage aussi important de Français.

    Election après élection, année après année, sondage après sondage, nous avons assisté à la progression de cette forme d’indignité nationale que ses promoteurs justifient par la crise – excuse générique ! – ; par le sentiment d’abandon face à une mondialisation triomphante ; par la précarisation d’une partie des classes populaires.

    Face à ce malaise du « peuple », le discours politique français – dans toutes les familles – a reculé. Par crainte de la colère « populaire », il a laissé s’installer la démagogie populiste. C’était une facilité électorale, un sauve-qui-peut avalisé par la raison : il fallait contenir la poussée du Front National.

    Tragique réflexe. Tragiques conséquences.

    Ce rétrécissement frileux a entrainé l’oubli délibéré d’un des trois grands principes qui structure notre république : la fraternité !

    La solidarité avec les minorités les plus vulnérables, la tolérance à l’égard de celui qui est différent, l’accueil de celui, venu d’ailleurs, qui fait irruption dans notre paysage quotidien parce qu’il a tout perdu : ces trois priorités absolues ont été laminées par l’illusion identitaire. Par l’idée de la préférence nationale. Par la fausse certitude que le pays devrait d’abord se ressourcer en puisant dans ses propres forces. Qu’avant de pouvoir donner, il lui fallait déjà amasser. Que la France n’avait plus les moyens de la générosité portée par ses idéaux…

    La peur de l’autre, peste millénaire, a prospéré dans ce terreau banal. Dans cette indifférence ordinaire. Dans un déficit de courage collectif, aussi, auquel on a progressivement habitué les Français.

    La notion collective du peuple, qui suppose la capacité à affronter ensemble le réel, a été estompée au profit d’une approche individualiste de la collectivité nationale. On a cru ménager les frustrations populaires, souvent légitimes, en ne luttant pas vraiment contre les paroles - et surtout, la pensée - d’exclusion. Comment s’étonner que la vieille rengaine lepéniste – « les Français d’abord » - ait conquis de nouvelles voix sur le terrain de ces petites lâchetés répétitives?

    L’exigence du partage – cette attention à l’autre, quelle que soit la situation difficile dans laquelle on se trouve soi-même – a été noyée dans les vociférations populacières qui n’ont rien à voir avec cette introuvable «voix du peuple» aux multiples incarnations.

    C’est si facile de s’emparer de ce peuple imaginaire, pour lui faire dire ce que l’on veut.
    C’est si facile de se glisser dans ce corps insaisissable pour commander la vengeance, la stigmatisation, la haine de la différence et – ultime manipulation - la haine de la démocratie… au nom de la démocratie. Au besoin, pour rendre les choses présentables, on donnera le nom de « système » à cette démocratie. Et pour mieux l’affaiblir, on la réduira à ses « élites », désignées à la vindicte populaire.

    Le populisme c’est d’abord un culte de l’égoïsme que certains habillent du drapeau bleu-blanc-rouge, confisqué à la nation, pour servir des intérêts politiques particuliers.

    Oui le populisme c’est se moquer du peuple en l’exploitant pour imposer l’autoritarisme, la domination d’un mode de pensée sur les autres, l’abus de pouvoir.

    Le populisme, quel que soit sa couleur, c’est le recours à une violence qui serait légale – au nom du peuple – pour faire taire les voix discordantes.

    En somme, le populisme, c’est la négation de « liberté-égalité-fraternité » !

    Le populisme c’est le visage, souvent masqué, d’une régression de notre débat démocratique que nous ne pouvons pas, que nous ne pouvons plus accepter.

    Les idées de l’extrême-droite nationaliste ont gagné du terrain grâce au consentement passif d’une société française déstabilisée que le politique n’a pas su ou voulu mobiliser contre le retour des vieilles tentations mortifères.
    Comment a-t-on pu tolérer que les expressions « bien-pensance » et de « droit-de-l’hommisme », employées dans un sens péjoratif, aient pu s’installer ces dernières années dans le vocabulaire politique sans que personne ne trouve rien à y redire? Quant à se poser en défenseur d’une immigration « chance pour la France », c’est pratiquement proférer un gros mot ! La revendication d’un humanisme éclaireur passerait presque aujourd’hui pour une naïveté coupable. Voire, si on comprend bien Mme Le Pen et ses amis, pour une trahison patriotique aux ordres du mondialisme et du cosmopolitisme.

    L’humanisme, parfois si galvaudé, reste une force et un repère que nous devons collectivement nous réapproprier, oui, mais en lui donnant une vraie substance.
    L’aspiration au « vivre-ensemble », qui en est un prolongement, vaut bien mieux que ce terme valise dans lequel on voudrait l’enfermer pour mieux l’étouffer.

    Qu’on ne s’y trompe pas : la citoyenneté, ce n’est pas hurler à tue-tête « allons enfants de la patrie ». C’est croire en l’âme collective d’une société toute entière qui, avec toutes ses composantes, affronte les défis, sans cesse renouvelés, de la vie.
    La citoyenneté, c’est reconnaitre et accepter les multiples contradictions d’une collectivité humaine au sein de laquelle se télescopent les intérêts les plus divers et parfois les plus divergents.
    Je revendique cette forme de bienveillance - trop complaisamment critiquée - parce qu’elle est à mes yeux une volonté d’embrasser l’altérité et de gérer en bonne intelligence les différences qui font, par nature, une communauté humaine. En ce sens, elle n’est pas un sable trompeur mais bien un ciment aussi précieux que solide pour une société aussi fragmentée que la nôtre.
    Le devoir d’accueil à l’égard des migrants n’est en rien cette naïveté taxée de bienveillance molle par certains. Il m’apparait avant tout comme une dignité partagée, d’égal à égal.
    La bienveillance, qui contrairement aux apparences, ne rime pas avec condescendance, c’est aussi une dimension fondamentale du dialogue inter-religieux. Une dimension qui fait l’identité de cette ville. C’est une capacité à comprendre celui qui ne croit pas comme vous, qui ne pense pas comme vous.
    La citoyenneté, c’est un respect fondateur de l’autre. Une volonté d’intégrer une part essentielle du voisin, de l’étranger, du monde… dans sa propre existence.
    Alors avouons-le : la citoyenneté humaniste, c’est un défi difficile dans le monde brutal de 2017, avide de simplifications et de confrontations. Elle est en mouvement et elle se renforce, bien plus qu’elle ne se délite, en intégrant les apparentes tensions que lui impose une société qui se métisse. La France est multiculturelle, c’est ainsi. Et c’est une richesse qui doit être cultivée.
    A Strasbourg, l’Européenne, ville refuge de tant d’humanismes à travers les siècles, ville féconde de tant de savoirs, nous relevons chaque jour un défi culturel et sociétal qui dépasse, et de loin, les échéances politiques et même les municipalités. C’est une ambition exaltante, bien plus « française » que le retranchement derrière les barricades d’une identité tricolore factice.
    C’est en tout cas le sens qu’avec mon équipe, j’ai voulu donner à notre action, dans toutes ses dimensions.
    Je vous disais en préambule que j’étais triste et inquiet. C’est vrai. Mais je suis aussi déterminé à me battre pour les idéaux humanistes sans lesquels je ne serais pas ce que je suis. Je suis confiant, aussi dans la force du renouveau. Confiant dans l’élan du progrès. Confiant dans le retour de la lumière quand, après le Brexit et la victoire de Donald Trump, les ténèbres électorales obscurcissent provisoirement notre horizon.
    A nous, à nous tous, à notre échelle et à notre dimension, de diffuser les lueurs salvatrices d’une citoyenneté réinventée. Cela ne tient qu’à nous ! J’en suis sûr : il n’y a pas de fatalité.
    Roland Ries

Les trésors du 7ème art

du 16 janvier au 12 février
Retrouvez les trésors du 7ème art à l'Odyssée : des perles rares du cinéma !
  • Fric Frac

    de Claude Autant-Lara et Maurice Lehmann
    avec Fernandel, Michel Simon, Arletty
    France - 1939 - 1h42 - VO

    Synopsis :
    Marcel est un brave garçon, employé de la bijouterie Mercandieu. La fille du patron rêve d'en faire son fiancé mais Marcel tombe sous le charme de Loulou, une aguicheuse qu'accompagne le nonchalant Jo, délinquant à la petite semaine. Voilà que Tintin, l'homme de Loulou qui fait un séjour en prison, a besoin d'argent. Loulou ambitionne alors un « fric-frac » chez le bijoutier Mercandieu.

    Horaires :
    Mer 16/01 : 18H10 ; Jeu 17/01 : 16H20 ; Sam 19/01 : 22H10 ;
    Dim 20/01 : 18H10 ; Lun 21/01 : 20H10 ; Mar 22/01 : 22H10
    Jeu 24/01 : 16h10 ; Ven 25/01 : 12h15 ; Sam 26/01 : 18h10 ; Dim 27/01 : 22h00 ; Lun 28/01 : 20h10
    Mer 30/01 : 12h15 ; Jeu 31/01 : 22h00 ; Ven 01/02 : 20h30 ; Lun 04/02 : 20h00 ; Mar 05/02 : 16h40
    Mer 06/02 : 20H20 ; Jeu 07/02 : 12H15 ; Lun 11/02 : 18H15

  • Olivia

    de Jacqueline Audry
    avec Avec Edwige Feuillère, Yvonne de Bray, Simone Simon
    FRANCE - - 1h35 - VO

    Synopsis :
    1890. Mademoiselle Julie, professeur dans un pensionnat de jeunes filles, est une personnalité fascinante. A tel point qu'elle en vient à jeter le trouble chez l'une de ses élèves, Olivia, dont le cœur ne tarde pas à être en émoi. L'attitude pour le moins ambiguë du professeur pousse une jeune femme, Cara, très attachée à mademoiselle Julie, à commettre l'irréparable.

    Horaires :
    Jeu 17/01 : 18H10 ; Sam 19/01 : 16H40 ;
    Lun 21/01 : 22H00 ; Mar 22/01 : 20H25
    Sam 26/01 : 16h30 :16h30 ; Lun 28/01 : 12h15
    Jeu 31/01 : 18h00 ; Ven 01/02 : 17h15 ; Sam 02/02 : 12h15 ; Dim 03/02 : 14h20 ; Mar 05/02 : 15h00
    Ven 08/02 : 16H10 ; Sam 09/02 : 22H10 ; Dim 10/02 : 12H10

  • Les Fleurs Bleues

    de Andrzej Wajda
    avec Boguslaw Linda, Aleksandra Justa, Bronislawa Zamachowska
    Polonais - 2016 - 1H38 - VOST

    Synopsis :
    Dans la Pologne d’après-guerre, le célèbre peintre Wladyslaw Strzeminski, figure majeure de l’avant-garde, enseigne à l’École Nationale des Beaux Arts de Lodz. Il est considéré par ses étudiants comme le grand maître de la peinture moderne mais les autorités communistes ne partagent pas cet avis. Car, contrairement à la plupart des autres artistes, Strzemiński ne veut pas se conformer aux exigences du Parti et notamment à l’esthétique du « réalisme socialiste ». Expulsé de l'université, rayé du syndicat des artistes, il subit, malgré le soutien de ses étudiants, l’acharnement des autorités qui veulent le faire disparaître et détruire toutes ses œuvres.

    Horaires :
    projection débat jeudi 17 janvier 20H15
    Jeu 17/01 :20H15 ; Dim 20/01 : 22H00 ;
    Mar 22/01 :14H00 +Débat
    Mer 23/01 : 20h00 ; Ven 25/01 : 18h10 ; Dim 27/01 : 14h15 ; Mar 29/01 : 16h10
    Mer 30/01 : 22h00 ; Jeu 31/01 : 12h15 ; Ven 01/02 : 18h50 ; Lun 04/02 : 18h10
    Mer 06/02 :22H10 ; Ven 08/02 : 12H15 ;Dim 10/02 : 20H10 ; Lun 11/02 : 16H30 ; Mar 12/02 : 15H00

  • L’enfer dans la ville

    de Renato Castellani
    avec Anna Magnani, Giulietta Masina, Myriam Bru
    Français – Italien - 1959 - 1H46 - VOST

    Synopsis :
    Lina, une jeune fille un peu trop naïve, est jetée en prison à cause du jeune homme dont elle était amoureuse. Egle la prend alors sous son aile...

    Horaires :
    Mercredi 16 janvier 20H15
    Projection Débat en présence de Mme Veronica Manson,Directrice de L'istituto italiano
    di cultura Strasburgo et du Directeur L'odyssée
    Mer 16/01 : 20H15 ; Ven 18/01 : 22H10
    Mer 23/01 : 18h10 ; Jeu 24/01 : 18h00 ; Dim 27/01 : 18h00
    Mer 30/01 : 20h00 ; Ven 01/02 : 22h15 ; Dim 03/02 : 18h00
    Jeu 07/02 :22H10 ; Sam 09/02 : 20H15

  • La fille en noir

    de Michael Cacoyannis
    avec Dimitris Horn, Ellie Lambeti, Eleni Zafeiriou
    Grèce - 1956 - 1h45 - VOST

    Synopsis :
    Deux riches Athéniens, Pavlos et Antonis, le premier écrivain, le second architecte, partent en vacances sur l'Île Hydra. Ils louent deux chambres chez une veuve du nom de Froso. Du fait qu'elle s'est pris un amant, cette dernière est blâmée par les uns et jalousée par les autres. Pavlos entame une relation avec Marina, la fille de Froso. Très vite, il se trouve confronté à d'anciens soupirants dont Marina avait repoussé les avances...

    Horaires :
    projection débat jeudi 17 janvier 20H00
    Jeu 17/01 : 20H00 ; Sam 19/01 : 18H20 ; Dim 20/01 : 12H10
    Jeu 24/01 : 22h00 ; Ven 25/01 : 20h00 ; Mar 29/01 : 20h00
    Mer 30/01 : 18h10 ; Ven 01/02 : 14h00 ; Dim 03/02 : 20h00
    Mer 06/02 : 1215 ; Jeu 07/02 : 18H00 ; Dim 10/02 : 21H50 ; Mar 12/02 : 20H15

  • Umberto D

    de Vittorio De Sica
    avec Carlo Battisti, Maria-Pia Casilio, Lina Gennari
    Italie - 1951 - 1h20 - VOST

    Synopsis :
    Umberto Domenico Ferrari, un vieux professeur à la retraite, essaie tant bien que mal de survivre avec le peu de ressources dont il dispose.

    Horaires :
    Mer 16/01 : 15H00 ; Sam 19/01 : 12H15
    Mer 23/01 : 15h00 ; Jeu 24/01 : 12h15 ; Sam 26/01 : 15h00 ; Lun 28/01 : 22h00 ; Mar 29/01 : 12h15
    Mer 30/01 : 15h00 ; Ven 01/02 : 15h50 ; Sam 02/02 : 16h40 ; Lun 04/02 : 20h15 + debat ; Mar 05/02 : 12h15
    Mer 06/02 :17H15 ; Sam 09/02 : 18H50 ; Lun 11/02 : 15H00 ; Mar 12/02 :16H40

  • The Hours

    de Stephen Daldry
    avec Ed Harris, Claire Danes, Toni Collette
    Etats-Unis - 2002 - 1h54 - VOST

    Synopsis :
    Dans la banlieue de Londres, au début des années vingt, Virginia Woolf lutte contre la folie qui la guette. Elle entame l'écriture de son grand roman, Mrs Dalloway.
    Plus de vingt ans après, à Los Angeles, Laura Brown lit cet ouvrage : une expérience si forte qu'elle songe à changer radicalement de vie.
    A New York, aujourd'hui, Clarissa Vaughn, version moderne de Mrs Dalloway, soutient Richard, un ami poète atteint du sida.
    Comment ces histoires vont-elles se rejoindre, comment ces trois femmes vont-elles former une seule et même chaîne ?


    Horaires :
    Jeu 17/01 : 22H00 ; Ven 18/01 : 16H00 ; Sam 19/01 : 20H10 ;
    Dim 20/01 : 14H00
    Dim 27/01 : 20h00 ; Lun 28/01 : 14h00 ; Mar 29/01 : 22h00
    Jeu 31/01 : 16h00 ; Sam 02/02 : 20h15 + debat ; Dim 03/02 : 16h00 ; Lun 04/02 : 16h10
    Jeu 07/02 : 16H00 ; Ven 08/02 : 20H00 ; Dim 10/02 :1600 ; Mar 12/02 : 22H10

  • Virgin Suicides

    de Sofia Coppola
    avec Kirsten Dunst, James Woods, Kathleen Turner
    Etats-Unis - 1999 - 1h36 - VOST

    Synopsis :
    Dans une ville américaine tranquille et puritaine des années soixante-dix, Cecilia Lisbon, treize ans, tente de se suicider. Elle a quatre sœurs, de jolies adolescentes. Cet incident éclaire d'un jour nouveau le mode de vie de toute la famille. L'histoire, relatée par l'intermédiaire de la vision des garçons du voisinage, obsédés par ces sœurs mystérieuses, dépeint avec cynisme la vie adolescente. Petit à petit, la famille se referme et les filles reçoivent rapidement l'interdiction de sortir.

    Horaires :
    Mer 16/01 : 12H15 ; Mar 22/01 : 12H15
    Mer 23/01 : 16h25 ; Sam 26/01 : 12h15
    Ven 01/02 : 20h20 + debat ; Sam 02/02 : 15h00 ; Lun 04/02 : 12h15
    Mer 06/02 : 18H40 ; Sam 09/02 : 15H30 ; Lun 11/02 : 12H15

  • Burn After Reading

    de Joel Coen, Ethan Coen
    avec George Clooney, Brad Pitt, Frances McDormand
    Etats-Unis - 2008 - 1H35 - VOST

    Synopsis :
    Osborne Cox, analyste à la CIA, est convoqué dans le bureau de son supérieur, au siège de l'Agence, en Virginie, où il apprend son renvoi en raison de son penchant pour la bouteille. Cox rentre chez lui, à Georgetown, et annonce la nouvelle à sa femme. Il décide alors d'écrire ses mémoires pour se venger de ses anciens employeurs, mais perd un CD de sauvegardes compromettant dans un club de gym. Deux salariés s'en emparent.

    Horaires :
    Mer 16/01 : 16H25 ; Ven 18/01 : 12H15 ; Sam 19/01 : 15H00
    Mer 23/01 : 12h15 ; Ven 25/01 : 22h00 ; Sam 26/01 : 20h00
    Mer 30/01 : 16h30 ; Ven 01/02 : 12h15 ; Sam 02/02 : 20h10
    Ven 08/02 : 22H00 ; Sam 09/02 : 17H10 ; Mar 12/02 : 12H15

  • The Philadelphia Story

    de George Cukor
    avec Katharine Hepburn, Cary Grant, James Stewart
    Etats-Unis - 1940 - 1h55 - VOST

    Synopsis :
    Une séparation, des fiançailles, une rupture et trois prétendants. Une comédie alerte et enjouée parodiant la haute société américaine et ses parfums de scandale.

    Horaires :
    Mer 16/01 : 22H00 ; Ven 18/01 : 20H10 ;
    Dim 20/01 : 20H00 ; Lun 21/01 : 16H00
    Jeu 24/01 : 20h00 ; Ven 25/01 : 14h00 ; Dim 27/01 : 16h00 ; Lun 28/01 : 16h00
    Mer 30/01 : 20h15 + debat ; Jeu 31/01 : 14h00 ; Sam 02/02 : 18h10 ; Dim 03/02 : 21h50 ; Lun 04/02 : 21h50 ; Mar 05/02 : 22h30
    Jeu 07/02 : 14H00 ; Ven 08/02 : 18H00 ; Dim 10/02 : 18H00 ; Lun 11/02 : 20H00

  • Un peuple et son roi

    de Pierre Schoeller
    avec Gaspard Ulliel, Adèle Haenel, Olivier Gourmet
    France - 2018 - 2h02 - VOST

    Synopsis :
    En 1789, un peuple est entré en révolution. Écoutons-le. Il a des choses à nous dire. UN PEUPLE ET SON ROI croise les destins d’hommes et de femmes du peuple, et de figures historiques. Leur lieu de rencontre est la toute jeune Assemblée nationale. Au coeur de l’histoire, il y a le sort du Roi et le surgissement de la République…

    Horaires :
    Jeu 17/01 : 14H10 ; Ven 18/01 : 18H00 ; Sam 19/01 : 15H50 ;
    Dim 20/01 : 16H00 ; Lun 21/01 : 18H00 ; Mar 22/01 : 16H00
    Mer 23/01 : 21h45 ; Jeu 24/01 : 14h00 ; Ven 25/01 : 16h00 ; Sam 26/01 : 21h45 ; Dim 27/01 : 12h10 ; Lun 28/01 : 18h00 ; Mar 29/01 : 14h00
    Jeu 31/01 : 19h45 ; Sam 02/02 : 21h50 ; Dim 03/02 : 12h10 ; Lun 04/02 : 14h00
    Mer 06/02 : 15H10 ; Ven 08/02 : 14H00 ; Dim 10/02 : 13H50 ; Lun 11/02 : 22H00 ; Mar :18h10

AMNESTY INTERNATIONAL


  • Après l'ombre

    de Stéphane Mercurio
    avec
    France - 2018 - 1h33 - VO

    Synopsis :
    Une longue peine, comment ça se raconte ?
    C’est étrange ce mot qui signifie punition et chagrin en même temps.
    Ainsi s’exprime Didier Ruiz lorsqu’il entreprend la mise en scène de son dernier spectacle monté avec d’anciens détenus de longue peine. Dans le temps suspendu des répétitions on voit se transformer tous ces hommes – le metteur en scène y compris.
    Le film raconte la prison, la façon dont elle grave dans les chairs des marques indélébiles et invisibles.
    Il saisit le travail rigoureux d’un metteur en scène avec ces comédiens « extraordinaires ».
    Et surtout il raconte un voyage, celui qui va permettre à cette parole inconcevable de jaillir de l’ombre pour traverser les murs.

    Horaires :
    Mar 05/02 : 20h45 + debat

Ciné Chartes


  • Le Nouveau monde

    de Terrence Malick
    avec Colin Farrell, Christian Bale, Q'Orianka Kilcher
    USA - 2005 - 2h16 - VOST

    Synopsis :
    En avril 1607, trois bateaux anglais accostent sur la côte orientale du continent nord-américain. Au nom de la Virginia Company, ils viennent établir "Jamestown", un avant-poste économique, religieux et culturel sur ce qu'ils considèrent comme le Nouveau Monde.
    Même s'ils ne s'en rendent pas compte, le capitaine Newport et ses colons britanniques débarquent au cœur d'un empire indien très sophistiqué dirigé par le puissant chef Powhatan. John Smith, un officier de l'armée, est alors aux fers pour insubordination.
    Déstabilisés, les Anglais préfèrent combattre plutôt que de s'adapter.
    En cherchant de l'aide auprès des Indiens, John Smith découvre une jeune femme fascinante. Volontaire et impétueuse, elle se nommée Pocahontas, ce qui signifie "l'espiègle". Très vite, un lien se crée entre elle et Smith. Un lien si puissant qu'il transcende l'amitié ou même l'amour...

    Horaires :
    Mar 05/02 : 18h30 + debat

  • Mademoiselle de Joncquières

    de Emmanuel Mouret
    avec Cécile de France, Édouard Baer, Alice Isaaz
    France - Cinéma Odyssée - 1h49 - VF

    Synopsis :
    Madame de La Pommeraye, jeune veuve retirée du monde, cède à la cour du marquis des Arcis, libertin notoire. Après quelques années d’un bonheur sans faille, elle découvre que le marquis s’est lassé de leur union. Follement amoureuse et terriblement blessée, elle décide de se venger de lui avec la complicité de Mademoiselle de Joncquières et de sa mère...

    Horaires :
    Jeu 17/01 : 12h15 ; Lun 21/01 : 12h15 ; Mar 22/01 : 18h30 + débat ; Mar 29/01 : 18h

Campus France


  • Un peuple et son roi

    de Pierre Schoeller
    avec Gaspard Ulliel, Adèle Haenel, Olivier Gourmet
    France - 2018 - 2h02 -

    Synopsis :
    En 1789, un peuple est entré en révolution. Écoutons-le. Il a des choses à nous dire. UN PEUPLE ET SON ROI croise les destins d’hommes et de femmes du peuple, et de figures historiques. Leur lieu de rencontre est la toute jeune Assemblée nationale. Au coeur de l’histoire, il y a le sort du Roi et le surgissement de la République…

    Horaires :
    Sam 19/01 : 15H50 ;

14e Mois du cinéma allemand et germanophone

Du 16 janvier au 12 février 2018
  • Phoenix

    de Christian Petzold
    avec Nina Hoss, Ronald Zehrfeld, Nina Kunzendorf
    Allemagne - 2015 - 1H38 - VOST

    Synopsis :
    Juin 1945. Nelly Lenz, rescapée d’Auschwitz, est gravement défigurée. Après une opération de reconstitution faciale, elle parcourt les décombres de Berlin à la recherche de son mari, Johnny. Mais ce dernier ne la reconnaît pas. Il lui propose de prendre l’identité de son épouse présumée morte afin de récupérer son héritage.

    Horaires :
    Mer 16/011 :12H15 ; Ven 18/01 :18H00
    Ven 25/01 : 16h35 ; Sam 26/01 : 12h15 ; Dim 27/01 : 20h30
    Sam 02/02 : 22h45 ; Mar 05/02 : 22h30
    Mer 06/02 : 20H00 +Débat ; Jeu 07/02 : 12H15

  • Une valse dans les allées

    de Thomas Stuber
    avec Franz Rogowski, Sandra Hüller, Peter Kurth
    Allemagne - 2018 - 2h05 - VOST

    Synopsis :
    Le timide et solitaire Christian est embauché dans un supermarché. Bruno, un chef de rayon, le prend sous son aile pour lui apprendre le métier. Dans l’allée des confiseries, il rencontre Marion, dont il tombe immédiatement amoureux. Chaque pause-café est l’occasion de mieux se connaître. Christian fait également la rencontre du reste de l’équipe et devient peu à peu un membre de la grande famille du supermarché. Bientôt, ses journées passées à conduire un chariot élévateur et à remplir des rayonnages comptent bien plus pour lui qu’il n’aurait pu l’imaginer…

    Horaires :
    Jeu 17/01 :16H10 ; Ven 18/01 :14H00 ; Sam 19/01 :18H00 ;
    Lun 21/01 :18H00 ; Mar 22/01 :16H00
    Ven 25/01 : 20h00 ; Lun 28/01 : 18h00
    Ven 01/02 : 16h00 ; Dim 03/02 : 18h00
    Lun 11/02 : 15H50 ; Mar 12/02 : 20H10

  • L’architecture du chaos

    de Peter Cohen
    avec
    Suède - 1989 - 1h 54 - VOST

    Synopsis :
    Ce documentaire expose avec beaucoup de force et une rare intelligence les conceptions esthétiques du nazisme en s’appuyant sur des documents d’archives souvent peu connus. La vision haineuse et morbide du monde d’Hitler et ses acolytes est ainsi démontée. Ce film est indispensable pour dénoncer la barbarie nazie mais aussi rester vigilant et pouvoir lutter contre toutes les tentatives fondées sur la haine raciste et la démagogie discriminatoire de ressusciter un néonazisme réactualisé. A voir absolument.

    Horaires :
    Ven 18/01 :14H00 ; Lun 21/01 : 16H00
    Jeu 24/01 : 20h15 + debat ; Mar 29/01 : 14h00
    Dim 03/02 : 16h00 ; Mar 05/02 : 14h00 ; Jeu 07/02 : 18H00
    Dim 10/02 : 14H20

  • Le Tambour

    de Volker Schlöndorff
    avec David Bennent, Mario Adorf, Angela Winkler
    Allemagne - 1979 - 2h42 - VOST

    Synopsis :
    A la fin des années 1920, dans la région de Dantzig, Oskar, refusant le monde cruel et surfait des adultes, décide à l’âge de trois ans de ne plus grandir.
    Interdit aux moins de 16 ans


    Horaires :
    Mer 16/01 :15H50 ; Ven 18/01 :21H45 ; Dim 20/01 :14H15
    Sam 26/01 : 15h50 ; Dim 27/01 : 16h00
    Mer 30/02 : 17h30 ; Jeu 31/01 : 16h00 ; Sam 02/02 : 15h50 ; Lun 04/02 : 15h55
    Mer 06/02 : 15H50 ; Sam 09/02 : 17H10 ; Mar 12/02 : 15H50

  • Les Hommes le dimanche

    de Robert Siodmak, Edgar G. Ulmer
    avec Erwin Splettstosser, Wolfgang von Waltershausen, Christel Ehlers
    Allemagne - 1930 - 1h14 - VOST

    Synopsis :
    Le week-end berlinois de cinq jeunes gens de condition modeste. Un des derniers films muets allemands et la premiere mise en scène de Robert Siodmak.

    Horaires :
    Ven 18/01 : 12H15 ; Dim 20/01 :13H00
    Sam 26/01 : 18h40 ; Dim 27/01 : 13h00 ; Mar 29/01 : 12h15
    Dim 03/02 : 13h00 ; Lun 04/02 : 22h10 ; Mar 05/02 : 12h15
    Mer 06/02 : 18H40 ; Dim 10/02 : 13H00

  • Les Particules élémentaires

    de Oskar Roehler
    avec Moritz Bleibtreu, Christian Ulmen, Franka Potente
    Allemagne - 2006 - 1h53 - VOST

    Synopsis :
    Michael et Bruno sont demi-frères, mais vivent de manière diamétralement opposée. Biologiste moléculaire introverti, Michael ne vit que pour ses recherches en génétique. Bruno, au contraire, est l'esclave de ses désirs, et s'abîme dans une quête désespérée du plaisir sexuel.

    Horaires :
    Mer 16/01 :22H30 ; Jeu 17/01 :12H15
    Ven 25/01 : 22h10 ; Lun 28/01 : 16h00 ; Mar 29/01 : 18h00
    Dim 03/02 : 22h00 ; Mar 05/02 : 16h00 ; Jeu 07/02 : 16H00
    Dim 10/02 : 22H00

  • Barbara

    de Christian Petzold
    avec Nina Hoss, Ronald Zehrfled, Rainer Bock
    Allemagne - 2012 - 1h45 - VOST

    Synopsis :
    Eté 1980. Barbara est chirurgien-pédiatre dans un hôpital de Berlin-Est. Soupçonnée de vouloir passer à l’Ouest, elle est mutée par les autorités dans une clinique de province, au milieu de nulle part. Tandis que son amant Jörg, qui vit à l’Ouest, prépare son évasion, Barbara est troublée par l’attention que lui porte André, le médecin-chef de l’hôpital. La confiance professionnelle qu’il lui accorde, ses attentions, son sourire... Est-il amoureux d’elle ? Est-il chargé de l’espionner ?

    Horaires :
    Jeu 17/01 :18H20 ; Dim 20/01 :22H00
    Mer 23/01 : 22h30 ; Jeu 24/01 : 16h20
    Jeu 31/01 : 12h15 ; Mar 05/02 : 20h00 + debat
    Mer 06/02 : 22H15 ; Mar 12/02 : 22H20 ;

  • Transit

    de Christian Petzold
    avec Jean-Pierre Darroussin, Franz Rogowski, Paula Beer
    Allemagne - 2018 - 1h41 - VOST

    Synopsis :
    De nos jours, à Marseille, des réfugiés fuyant les forces d’occupation fascistes rêvent d’embarquer pour l’Amérique. Parmi eux, l’Allemand Georg prend l’identité de l’écrivain Weidel, qui s’est suicidé pour échapper à ses persécuteurs. Il profite de son visa pour tenter de rejoindre le Mexique. Tout change lorsque Georg tombe amoureux de la mystérieuse Marie, en quête désespérée de l’homme qu’elle aime, et sans lequel elle ne partira pas…

    Horaires :
    Dim 20/01 :20H10 ; Mar 22/01 : 22H30
    Mer 23/01 : 12h15 ; Dim 27/01 : 22h10 ; Lun 28/01 : 22h30
    Jeu 31/02 : 20h20 ; Sam 02/02 : 12h15 ; Dim 03/02 : 14h15
    Mer 06/02 : 12H15 ; Ven 08/02 : 22H15

  • In the fade

    de Fatih Akin
    avec Diane Kruger, Denis Moschitto, Numan Acar
    Allemagne - 2018 - 1h46 - VOST

    Synopsis :
    La vie de Katja s’effondre lorsque son mari et son fils meurent dans un attentat à la bombe.
    Après le deuil et l’injustice, viendra le temps de la vengeance.


    Horaires :
    Sam 19/01 h ; Jeu : 20H10 ; Lun 21/01 :22H00 ; Mar 22/01 : 18H10
    Mer 23/01 : 18h00 ; Jeu 24/01 : 22h35 ; Sam 26/01 : 20h00
    Jeu 31/01 : 14h10 ; Ven 01/02 : 22h30 ; Mar 05/02 : 18h00
    Jeu 07/02 : 22H15 ; Dim 10/02 : 16H20 ; Lun 11/02 :22H10 ;

  • Le Dossier Mona Lisa

    de Eran Riklis
    avec Golshifteh Farahani, Neta Riskin, Yehuda Almagor
    Allemagne - 2018 - 1h33 - VOST

    Synopsis :
    Mona, libanaise, est soupçonnée par le Hezbollah d’être une informatrice des services secrets israéliens. Craignant qu’elle soit démasquée, le Mossad l’exfiltre vers l’Allemagne et lui fait changer de visage. Pendant deux semaines, le temps de se remettre de son opération, ils la cachent dans un appartement à Hambourg. Naomi, agent du Mossad, est chargée de lui tenir compagnie et de la protéger. Mais le Hezbollah est à la poursuite de Mona et la planque ne s’avère pas aussi sûre que prévu...

    Horaires :
    Mer 16/01 : 18H35 ; Jeu 17/01 : 22H30 ; Lun 21/01 : 12H15
    Jeu 24/01 : 12h15 ; Ven 25/01 : 18h15 ; Dim 27/01 : 14h20
    Mer 30/01 : 15h50 ; Ven 01/02 : 12h15 ; Sam 02/02 : 18h40
    Lun 04/02 : 18H40 ; Sam 09/02 : 12H15 ; Mar 12/02 : 18H35

  • Nouveau souffle

    de Karl Markovics
    avec Thomas Schubert, Karin Lischka, Gerhard Liebmann
    Autriche - 2012 - 1h33 - VOST

    Synopsis :
    Roman Kogler, 18 ans, a déjà purgé la moitié de sa peine dans un centre de détention pour mineurs et pourrait être libéré sur parole. Il a cependant peu de chances : il n’a aucune famille et ne s’adapte pas en société. Après de nombreuses tentatives, il trouve un travail de réinsertion à la morgue de Vienne. Un jour, il tombe sur le cadavre d’une femme qui porte son nom de famille. Même s’il découvre vite que ce n’est pas sa mère, Roman part alors à la recherche de son passé et de sa mère.

    Horaires :
    Projection Débat Lundi 21 janvier 20H15
    Lun 21/01 :20H15 + Débat ; Mar 22/01 :12H15
    Ven 25/01 : 12h15
    Jeu 31/02 : 18h45 ; Lun 04/02 : 12h15
    Ven 08/02 : 12H15

  • La tête à l’envers

    de Josef Hader
    avec Josef Hader, Pia Hiezegger, Jorg Hartmann
    Autriche - 2018 - 1h43 - VOST

    Synopsis :
    Un célèbre critique musical est brutalement renvoyé de son journal. Le coup porté à son égo est tel qu’il perd tout sens de la mesure, cache la vérité à sa femme, et décide de se venger de son ancien employeur, d’une façon aussi abracadabrante qu’inefficace…

    Horaires :
    Ven 18/01 : 16H10 ; Sam 19/01 : 12H15
    Dim 27/01 : 18h45 ; Lun 28/01 : 12h15 ; Mar 29/01 : 22h30
    Mer 30/01 : 12h15 ; Jeu 31/01 : 22h10 ; Dim 03/02 : 20h10
    Ven 08/02 : 18H00 ; Sam 09/02 : 22H15 ; Dim 10/02 : 20H10
    Lun 11/02 : 12H15 ;

  • La révolution silencieuse

    de Lars Kraume
    avec Leonard Scheicher, Tom Gramenz, Lena Klenke
    Allemagne - 2018 - 1h51 - VOST

    Synopsis :
    Allemagne de l'est, 1956. Kurt, Theo et Lena ont 18 ans et s'apprêtent à passer le bac. Avec leurs camarades, ils décident de faire une minute de silence en classe, en hommage aux révolutionnaires hongrois durement réprimés par l'armée soviétique. Cette minute de silence devient une affaire d'Etat. Elle fera basculer leurs vies. Face à un gouvernement est-allemand déterminé à identifier et punir les responsables, les 19 élèves de Stalinstadt devront affronter toutes les menaces et rester solidaires.

    Horaires :
    Jeu 17/01 : 14H15 ; Ven 18/01 : 19H50 ; Sam 19/01 :22H00 ;
    Mar 22/01 : 14H00
    Jeu 24/01 : 18h10 ; Sam 26/01 : 22h00 ; Lun 28/01 : 14h00 ; Mar 29/01 : 16h00 ;
    Mer 30/01 : 22h30 ; Ven 01/02 : 14H00 ; 14h0 ; Lun 04/02 : 14h00 ;
    Jeu 07/02 : 14H00 ; Dim 10/02 : 18H10 ;

CINEM’ACTION


  • Barbara

    de Christian Petzold
    avec Nina Hoss, Ronald Zehrfeld, Rainer Bock
    Allemagne - 2012 - 1h45 - VOST

    Synopsis :
    Eté 1980. Barbara est chirurgien-pédiatre dans un hôpital de Berlin-Est. Soupçonnée de vouloir passer à l’Ouest, elle est mutée par les autorités dans une clinique de province, au milieu de nulle part. Tandis que son amant Jörg, qui vit à l’Ouest, prépare son évasion, Barbara est troublée par l’attention que lui porte André, le médecin-chef de l’hôpital. La confiance professionnelle qu’il lui accorde, ses attentions, son sourire... Est-il amoureux d’elle ? Est-il chargé de l’espionner ?

    Horaires :
    Mardi 5 février 2019 à 20h15
    projection-débat sur la disparition de la RDA
    Rencontre avec Nicolas OFFENSTADT, Historien,
    Maître de Conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
    L’auteur de « Le pays disparu : sur les traces de la RDA » (éditions Stock) présentera
    son livre à partir de 19h

Question d'Europe


  • L’ordre des choses

    de Andrea Segre
    avec Paolo Pierobon, Giuseppe Battiston, Olivier Rabourdin
    Italie - 2018 - 1h55 - VOST

    Synopsis :
    Rinaldi, policier italien de grande expérience, est envoyé par son gouvernement en Libye afin de négocier le maintien des migrants sur le sol africain.  Sur place, il se heurte à la complexité des rapports tribaux libyens et à la puissance des trafiquants exploitant la détresse des réfugiés. 
    Au cours de son enquête, il rencontre dans un centre de rétention, Swada, une jeune somalienne qui le supplie de l’aider. Habituellement froid et méthodique, Rinaldi va devoir faire un choix douloureux entre sa conscience et la raison d’Etat : est-il possible de renverser l’ordre des choses ?

    Horaires :
    Mar 22/01 : 20H00 +Débat ;

Récital St Exupery


  • Le petit prince

    de Mark Osborne
    avec Clara Poincaré, André Dussollier, Florence Foresti
    France - 2015 - 1h47 - VO

    Synopsis :
    C’est l’histoire d’une histoire.
    C’est l’histoire d’une petite fille, intrépide et curieuse, qui vit dans un monde d’adultes.
    C’est l’histoire d’un aviateur, excentrique et facétieux, qui n’a jamais vraiment grandi.
    C’est l’histoire du Petit Prince qui va les réunir dans une aventure extraordinaire.

    Horaires :
    Dimanche 20 Janvier à 17h

    LECTURE MUSICALE
    Voyage poétique et musical au-dessus de l’Atlantique vers les Amériques Chères à l’auteur du Petit Prince.

    ANTOINE DE SAINT-EXUPERY
    LE PETIT PRINCE
    Dessin animé
    de Marc Osborne
    Prix Trophée de la fiction unitaire
    Prix César du meilleur film d’animation
    Chantal Robillard (textes)
    Jean-Luc Bredel (guitare)

    CHANTAL ROBILLARD
    Nous lira ses poèmes sur le Petit Prince, sur l’aventure de l’Aéropostale, et des extraits de ses nouvelles où apparait Saint Exupery : Serpent d’infant, Dessine-moi un mouton, Fendre la nuit étoilée, etc
    JEAN-LUC BREDEL
    accompagnera la lecture avec des extraits d’œuvres latino-américaines et cubaines pour la guitare, parmi lesquelles celles d’Isaias SAVIO, Heitor VILLA-LOBOS, BADEN POWELL, Leo BROUWER, et quelques éléments improvisés ou variés, y compris une flânerie vagabonde avec Django REINHARDT et ses éternels << Nuages >>…

    Née en 1900, ANTOINE DE SAINT-EXUPERY figure parmi les pionniers de la mythique AEROPOSTALE.

SOS Amitié


  • Virgin Suicides

    de Sofia Coppola
    avec Kirsten Dunst, James Woods, Kathleen Turner
    Etats-Unis - 2000 - 1h36 - VOST

    Synopsis :
    Dans une ville américaine tranquille et puritaine des années soixante-dix, Cecilia Lisbon, treize ans, tente de se suicider. Elle a quatre soeurs, de jolies adolescentes. Cet incident éclaire d'un jour nouveau le mode de vie de toute la famille. L'histoire, relatée par l'intermédiare de la vision des garçons du voisinage, obsédés par ces soeurs mystérieuses, dépeint avec cynisme la vie adolescente. Petit a petit, la famille se referme et les filles reçoivent rapidement l'interdiction de sortir. Alors que la situation s'enlise, les garçons envisagent de secourir les filles.

    Horaires :
    Ven 01/02 : 20h20 + debat

  • The Hours

    de Stephen Daldry
    avec Ed Harris, Claire Danes, Toni Collette
    Grande-Bretagne - 2003 - 1h54 - VOST

    Synopsis :
    Dans la banlieue de Londres, au début des années vingt, Virginia Woolf lutte contre la folie qui la guette. Elle entame l'écriture de son grand roman, Mrs Dalloway. Plus de vingt ans après, à Los Angeles, Laura Brown lit cet ouvrage : une expérience si forte qu'elle songe à changer radicalement de vie. A New York, aujourd'hui, Clarissa Vaughn, version moderne de Mrs Dalloway, soutient Richard, un ami poète atteint du sida. Comment ces histoires vont-elles se rejoindre, comment ces trois femmes vont-elles former une seule et même chaîne ? La littérature est si puissante qu'un chef-d’œuvre peut, par-delà les époques, modifier irrévocablement l'existence de celles qui le côtoient.

    Horaires :
    Sam 02/02 : 20h15 + debat

  • Umberto D

    de Vittorio de Sica
    avec Carlo Battisti, Maria-Pia Casilio, Lina Gennari
    Italie - 1952 - 1h20 - VOST

    Synopsis :
    Umberto Domenico Ferrari, un vieux professeur à la retraite, essaie tant bien que mal de survivre avec le peu de ressources dont il dispose.

    Horaires :
    Lun 04/02 : 20h15 + debat

Les Etoiles du documentaire à Strasbourg 2019

3e édition du 7 au 9 Février 2019 - Entrée gratuite pour tous les films
  • SWAGGER

    de Olivier Babinet
    avec Aissatou Dia, Mariyama Diallo, Abou Fofana
    France - 2016 - 1h24 - VF

    Synopsis :
    Voyage dans la tête de 11 enfants et adolescents aux personnalités surprenantes, qui grandissent au cœur des cités les plus défavorisées de France. A travers leurs regards singuliers et inattendus, découvrez leurs réflexions drôles et percutantes. Malgré les difficultés de leur vie, ils ont des rêves et de l'ambition. Personne ne leur enlèvera.

    Horaires :
    Ven 08/02 : 9H45

  • A l’infini

    de Edmont Carrère
    avec
    France - 2018 - 1h12 - VF

    Synopsis :
    Plongée dans le monde clos de la Maison d'accueil spécialisée Maud Mannoni – qui créa, à la fin des années 1960, une structure expérimentale destinée aux enfants autistes, psychotiques ou arriérés – pour des adultes atteints de déficiences mentales incurables.

    Horaires :
    Ven 08/02 :14H00 +Débat

  • See you in Chechnya

    de Alexender Kvatashidze
    avec
    France - 2016 - 1h09 - Vf

    Synopsis :
    1999, Géorgie. Jeune étudiant aux Beaux-arts de Tbilissi, le réalisateur tombe amoureux d’une femme française. Elle est photographe de guerre. Il décide de l’accompagner sur le front tchétchène. Sa vie en sera bouleversée. Dix ans plus tard, il refait le chemin à l’envers… Un film intime et personnel sur la guerre et ce qu’elle produit chez les hommes qui la regardent.

    Horaires :
    Ven 08/02 : 16H00 +Débat

  • Retour à Forbach

    de Regis Sauder
    avec
    France - 2017 - 1h18 -

    Synopsis :
    Régis Sauder revient dans le pavillon de son enfance à Forbach. Il y a 30 ans, il a fui cette ville pour se construire contre la violence et dans la honte de son milieu. Entre démons de l'extrémisme et déterminime social, comment vivent ceux qui sont restés ? Ensemble, ils tissent mémoires individuelles et collectives pour interroger l'avenir à l'heure où la peur semble plus forte que jamais.

    Horaires :
    Ven 08/02 : 20H00 + Débat

  • Le Campo Amor de La Havane

    de Joël Farges
    avec
    France - 2017 - 0h54 - VF

    Synopsis :
    Au cœur de la Havane, sur les murs moisis du Campo Amor en ruine, défile l’histoire de Pistelli.
    En 1898, il débarque de Perpignan à Cuba avec, pour seuls bagages, une caméra et un projecteur Pathé. Hélas pour lui, un Lyonnais est arrivé plus tôt et lui a volé la vedette. Sans ressource, il devient rabatteur dans un bordel. La concurrence est rude ; pour aguicher le client, il a l’idée de filmer des saynètes avec des prostituées.


    Horaires :
    Sam 09/02 : 14H00 + Débat

  • Inventaire avant disparition

    de Robin Hunzinger
    avec
    France - 2016 - 0h55 - VF

    Synopsis :
    Un perchoir d’écrivain au bord de la Seine. André Bay, son propriétaire, éditeur mythique des éditions Stock, vient de mourir. Béatrice, sa compagne, trie et met en cartons trente ans de sa vie, tandis que Didier, le fils d’André, entasse les tableaux de son père pour les embarquer à la déchetterie. Les herbes sauvages envahissent le jardin.

    Horaires :
    Sam 09/02 :15H30 +Débat

  • Lyndi Lou, jurée numéro 2

    de Florent Vassault et Cécile Vargaftig
    avec
    France - 2017 - 1h54 - VF

    Synopsis :
    Il y a plus de vingt ans, Lindy Lou a été appelée pour faire partie d’un jury. Depuis, la culpabilité la ronge. Sa rédemption passera-t-elle par ce voyage qu’elle entame aujourd’hui à travers le Mississippi, dans le but de confronter son expérience à celle des onze autres jurés avec lesquels elle a condamné un homme à mort ?

    Horaires :
    Sam 09/02 : 20H15 +Débat

ARCHIVES

Consultez la bibliothèque
cinématographique de l'Odyssée

Plus de80 000

références

L'Odyssée
en quelques mots

  • L'Odyssée à Strasbourg, c'est :
  • Le cinéma de la diversité
    culturelle
  • Le carrefour des cinémas
    d'Europe
  • La Maison des cinémas
    du monde
  • L'aventure de la découverte
    et de la mémoire du 7e art
  • Le partenariat avec de
    nombreuses associations
    pour de multiples débats
    citoyens
  • L'Odyssée une certaine
    passion du cinéma,
  • La passion du cinéma
    autrement !

Réseaux sociaux

Ajoutez-nous à votre liste d'amis !
Dernière mise à jour : 14.05.2013 | Prochaine mise à jour : 04.06.2013 | Contact : Odyssée
Développement technique : Sprauel David & Briffaux Pierre | Webdesign & intégration : Vauthelin Larissa